Nourriture lapin, les aliments à donner et ceux à fuir

Fabriquer un enclos à lapin nain
12 décembre 2015
Nous avons rentré les bébés lapins extra nains dans une grande cage à lapin
13 décembre 2015

La tentation est grande d’offrir à notre lapin extra nain et lapin nain diverses nourriture à lapin qui nous semblent bonnes pour lui et qui sûrement le rendraient très heureux. Il ne faudra pas y céder, bien sûr car le lapin est exclusivement herbivore, n’a besoin d’aucune protéine animale. De plus, beaucoup d’aliments, principalement de plantes sont néfastes et même toxiques pour lui. Végétaux, principalement herbes lui seront dispensés quotidiennement.

Comment agir sur l’alimentation du lapin nain ?

  • Du foin en permanence, associé à des graminées représentera la nourriture de base du lapin nain sans oublier de l’eau bien fraîche. Une bonne digestion ainsi que l’usure nécessaire de ses dents découlera de sa mastication prolongée. Cependant, attention à la qualité du foin qui doit être bien sec, bien vert, odorant, fin, propre, sans poussière, avec des plantes variées ou l’on trouvera le moins possible de luzerne, enfin séché naturellement.
  • Des branches, des feuilles gorgée de vitamines, éléments minéraux, oligo-éléments, permettant de pallier aux carences.
  • Des sachets croissance pour les lapereaux de moins de six mois, des sachets d’aliment complet pour adultes seront bien mieux adaptés que des granulés « multi animaux ». Le choix d’un aliment sans mélange et complet sera l’idéal car aussi valables soient ils, les uns que les autres, le lapin nain saura parfaitement faire le tri en mangeant le plus appétant, souvent le plus gras, en laissant le reste. Pour ce qui est de la ration, il sera judicieux de donner un repas léger le matin et un plus consistant le soir pour qu’il puisse manger la nuit s’il a faim. Suivant son poids et son activité physique, vous serez à même de déterminer sa ration qui pourra aller de 20 à 50 grammes par kilo. Néanmoins, il faudra prendre en compte la quantité du restant de son alimentation pendant la journée. Le lapin nain, ayant tendance à prendre du poids, sera surveillé et pesé régulièrement et on veillera à restreindre sa ration si besoin tout en limitant aussi les friandises dont l’on sait qu’il raffole ; on pourra conserver par exemple, la gâterie rituelle du soir, avant d’aller se coucher. Idéalement, elle n’aura ni trop de gras, ni trop de sucre. De plus, son petit estomac ne supportera guère d’être trop plein et malmené.
  • Peu à peu, des fruits et des légumes seront rajoutés au menu, frais, bien sûr et pas trop froids (carottes, maïs, betteraves rouges, fruits sans pépins ni noyaux), cela, tout en douceur et pas tous les jours car un brusque changement alimentaire risquerait d’entraîner de graves diarrhées dont le lapin nain est coutumier. Son système digestif est en effet des plus fragiles. On prendra soin de laver les fruits et légumes avant de les lui donner et de les varier le plus possible pour son équilibre.

La nourriture à donner en toute sécurité chez le lapin nain et lapin extra nain

  • Une quantité de légumes raviront les papilles du lapin nain tels que l’emblématique carotte, encore plus complète si elle se trouve assortie de ses fanes en alliant ainsi le légume à l’herbe. Ensuite, on  a droit aux épinards, aux artichauts, aux blettes, aux cèleris rave, aux cèleri branche, aux navets, aux pois, aux salades, autant la batavia que la frisée, la mâche, la feuille de chêne, la scarole, la romaine, la roquette, exception faite de la laitue.

Les aliments à fuir pour le lapin nain et extra nain

  • Une multitude de plantes, légumes, fruits herbes se révèlent être de haute toxicité pour le lapin nain et qui d’ailleurs le sont pour beaucoup d’autres espèces. Parmi ces dangers, se trouvent les chrysanthèmes, la colchique, le ficus, la giroflée, le gui, la jacinthe, le laurier rose, l’euphorbe, la rose de noël, le rhododendron, l’arum…

Le meilleur moyen de laisser votre lapin nain  en totale sécurité reste de lui aménager son espace personnel, là ou pousserait plantain, trèfle, orties, herbe qui ne soit pas du gazon. S’in ne possède pas ce petit coin sauvage, sans engrais ni pesticides, essayez de lui procurer ce type d’herbes.

Un dernier point à connaître quant à une particularité du lapin nain est l’interrogation sur l’absorption de ses crottes. Il s’agit plutôt des excréments formés dans son appendice, différents de par leur aspect et leur consistance des autres. Ils contiennent beaucoup de bactéries vitales, jouant un rôle important dans la digestion des aliments fibreux car leur production en vitamines, surtout la B est conséquente. Voila pourquoi il effectue cette action perçue comme choquante lorsque méconnue. C’est tout à fait vital chez le lapin nain et on peut ainsi dire qu’il se suffit à lui même dans ce processus de fabrique à vitamines B. Les bactéries renferment des protéines et sont une nécessité dans l’alimentation sans quoi, si un dérèglement intervenait à ce niveau, le risque de maladie s’installerait.

Il est donc, on peut le constater, précieux d’avoir connaissance de tous ces éléments quand on décide de prendre comme compagnon un lapin nain que l’on entourera de sécurité, que l’on comblera de soins attentifs afin de le respecter au mieux.

Nourriture lapin, les aliments à donner et ceux à fuir
4 (80%) 2 votes