Santé du lapin

Myxomatose et vaccin du lapin nain

Lapinette
Rédigé par Lapinette

C’est un virus très résistant qui vient atteindre parfois le lapin domestique comme le lapin nain. Il provoque la myxomatose. Les lapereaux sont encore plus fragilisés par cette grave maladie, d’ailleurs de loin, la plus dangereuse.

Origine de la myxomatose

Une certaine catégorie de mouche hématophage, contaminée par d’autres lapins infestés, se pose sur les muqueuses du lapin (yeux, narines, anus) et reste le principal vecteur de cette maladie, tout comme les puces, certains moustiques et certaines tiques, poux, acariens. L’humidité en favorise aussi l’apparition ainsi que des traitements par seringue, lorsque l’aiguille ne se change pas systématiquement pour chaque lapin.  La contagion est inévitable, au moindre contact du lapin infecté et la maladie se propage très vite.

Symptômes de la myxomatose chez le lapin nain

La maladie apparaît après une incubation de 1 à 3 semaines, sous une forme aigüe, principalement. Les premiers signes observés se manifestent par une diminution nette de l’appétit et l’apparition d’une fièvre. Les yeux  du lapin nain sont d’abord touchés au niveau des paupières et accompagnés d’écoulements et de myxomes qui sont des nodules roses violacés. Ceux ci siègent dans le nez, les oreilles, sur la face qui commence à gonfler. Les organes génitaux, le bout des pattes, se mettent aussi à gonfler. La maladie peut prendre une autre forme, à toutes saisons, avec corysa, petits nodules, paupières enflammées. Le lapin respire de plus en plus difficilement et meurt très vite.

La vaccination du lapin nain

Le seul moyen pour lutter contre cette maladie reste le vaccin, car une fois installée, aucun traitement n’existe pour en venir à bout. On doit vacciner son lapin  avant l’apparition des symptômes car c’est la méthode préventive qui est  à privilégier. En outre, il faudra entretenir correctement les clapiers, vérifier tout excès d’humidité et fabriquer des moustiquaires. Les lapins seront traités avec une poudre insectifuge.

Il est trop tard lorsque l’on constate les premiers symptômes. Le premier lapin infecté doit être isolé et des mesures strictes d’hygiène corporelle (lavage des mains) et matériel doivent être prises.

Voila pourquoi vacciner son lapin doit devenir un automatisme, en avril mai, et suivant les types d’injections employées, des rappels se font tous les 4, 6, ou 12 mois, sur des sujets sains, ni en période de gestation, ni en période d’allaitement. Une légère réaction, sans incidence, peut se faire à l’endroit de l’injection.

Le coût moyen  du vaccin , varie  suivant les vétérinaires et se situe aux alentours de 65 euros par an, sur la base de deux vaccinations annuelles. Il faut savoir qu’il n’est pas efficace à 100 pour cent mais bien à l’ordre de 90 à 95 pour cent. Il vaut la peine de mettre toutes les chances de son côté en plus d’offrir à son lapin nain un parfait entretien. De plus, si le lapin arrivait à développer la maladie en étant contaminé, sa meilleure capacité de résistance l’aiderait fortement à la combattre.